Les Gringos au Pays des Gauchos.

Un long voyage de 8512 km en voiture pendant 1 mois.
Le 18 Décembre nous quittons le Chili avec nos nouveaux passeports en poche pour rejoindre l’Argentine. Le trajet en bus dure 7h, on est confortablement installés et en plus on profite d’une vue superbe tout le long sur la Cordillère des Andes, un panorama absolument fascinant sur cette immense chaîne de montagne dont fait partie l’Aconcagua qui culmine à 6962 mètres. Notre première halte est Mendoza : « Capitale Mondiale du Vin ». Bon, Capitale Argentine du Vin on veut bien mais pas Mondiale quand même, il y a Cahors avant ! Ces deux villes ont le point commun de produire de très bons vins rouges issus du cépage Malbec. C’est la première fois depuis que nous voyageons que les locaux connaissent notre ville d’origine sans que l’on ai besoin de dire que c’est au nord de Toulouse ! Depuis les premières vignes plantées par les jésuites il y a plus de 5 siècles, l’industrie vinicole s’est développée à un rythme très lent et le vin Argentin est resté fort longtemps méconnu du reste du monde. La première amélioration survint avec l’arrivée des migrants français, italiens et espagnols qui apportèrent des cépages de leurs pays natals mais le vin resta cantonné au marché national, souvent bu avec une gorgée de soda ! Les producteurs ont donc tout misé sur la qualité en maîtrisant notamment l’irrigation, l’eau est canalisée et provient directement de la neige des Andes. Le succès des vins argentins n’est plus à prouver aujourd’hui, l’occasion idéale pour une dégustation ! Nous nous rendons d’abord à la Vinoteca la Botella pour goûter 5 vins rouges différents, conseillés par Christian, un Argentin adorable et passionné puis nous avons également visité le domaine Carinae tenu par un couple de français. La ville de Mendoza n’a rien de vraiment charmant à nos yeux (elle est soit disant une des plus belles villes d’Argentine) mais on profite de cette étape pour organiser notre futur mois de voyage dans le pays et trouver une nouvelle voiture de location. Ce n’est pas une mince affaire car durant la période des fêtes il ne reste plus beaucoup d’autos disponibles, on hérite donc d’une voiture d’un standing et d’un confort bien inférieur à celle louée au Chili.
Nous partons ensuite pour Córdoba, la seconde plus grande ville du pays. La population est jeune, il y a ici 7 grandes universités, et la vie culturelle est très animée car la ville a obtenu le titre de « Capitale Culturelle », comptant 4 excellents musées d’arts de renommée internationale. Córdoba a également un passé étonnamment riche, elle doit son héritage culturel et architectural aux jésuites qui s’y installèrent dès leur arrivée dans le pays. Malgré la pluie, on se motive pour partir visiter la ville mais on est quand même vite agacés par le monde qui grouille de partout, la période des cadeaux de Noël de dernière minute n’arrange rien !
Le lendemain on continue la route pour 8h de trajet en direction de Buenos Aires afin de passer notre soirée de Noël là bas. Une fois arrivés dans la capitale, il est 17h, les magasins viennent de fermer… On avait réservé une auberge avec un barbecue pour cuisiner notre festin et vous faire râler un peu mais cela nous paraît compromis… On met un bon moment à trouver un parking ouvert pour pouvoir stationner sans crainte notre voiture alors une fois tout cela réglé on fait une croix sur notre barbecue de Noël et on se cherche un restaurant. On finit au bout de notre rue dans un restaurant qui nous paraît basique mais on se dit que cela fera bien l’affaire. On s’installe en terrasse (c’est déjà ça), et on se choisit un plateau de charcuterie / fromage à partager pour l’apéro, un steak-potatoes pour la suite, une petite bouteille de bière pour Seb et un Malbec pour les filles. Le serveur arrive et nous annonce que finalement la carte est restreinte, donc pas de plateau pour l’apéro… La blague continue au moment où il sert une bouteille d’un litre de bière à Seb et une bouteille de Merlot pour nous en expliquant que c’est meilleur marché : « Mais est-ce qu’on t’a demandé ton avis ? ». Non, en fait on a rien dit, mais on comprend juste qu’il nous sert ce qu’il a envie de déstocker et pas ce dont on a envie ! Le steak-potatoes sera donc un steak-purée et nos restes de gras finiront entre les mains de SDF qui sont venus se servir directement dans nos assiettes ! Un petit dessert ? Non, la pâtisserie est fermée, alors on va se coucher et essayer d’oublier ce Noël foireux ! Le lendemain matin la pilule est digérée, on part à l’assaut de la capitale, on a au moins la chance de pouvoir la découvrir sans trop de monde dans les rues. On se balade d’abord dans le « Micro Centro », le cœur géographique et symbolique de Buenos Aires avec pour point de départ la Plaza de Mayo. Tous les jeudis à 15h30, les « Mères de la Place de Mai » se donnent rendez-vous pour rendre hommage à leurs enfants disparus durant la « guerre sale ». Autour de la place on peut apercevoir la Cathédrale et la Casa Rosada : le palais présidentiel. La couleur rose de l’édifice serait due à une tentative du Président Sarmiento de pacifier le pays durant son mandat en mélangeant le rouge des fédéralistes au blanc des unitaristes, mais l’autre théorie attribue cette couleur à la pratique très répandue à l’époque de peindre le palais avec du sang de bœuf. Nous nous dirigeons ensuite vers le quartier de San Telmo, plein de charme et de caractère, les ruelles pavées et les bâtiments coloniaux rappellent l’ambiance bohème d’autre-fois. Il fait très chaud, c’est donc l’occasion de faire des pauses fraîcheurs et gourmandises avec des jus de fraises et des empañadas, on peut même profiter d’une démonstration de tango depuis la terrasse du café. Nous terminons la journée dans le quartier ouvrier et populaire de La Boca. On passe d’abord par La Bombonera, le stade mythique des Boca Juniors, ancienne équipe de Maradonna, un véritable Dieu ici, puis nous passons par Caminito, la rue la plus célèbre de la ville où les maisons sont faites de tôles ondulées et peintes de couleurs vives.
Tous les dimanches dans le quartier de San Telmo se déroule une feria (marché aux antiquités), on décide donc d’y passer la journée et on se fait même quelques cadeaux de Noël : des nouvelles fringues et une pause déjeuner à la Française à la brasserie « La Pétanque » : plateau de charcuteries et pâtés, c’est juste parfait !
Les jours suivant nous souhaitions nous rendre tout au nord du pays, à la frontière du Brésil et du Paraguay pour découvrir les chutes d’eaux d’Iguazu, un des sites les plus époustouflants de la planète, mais l’aller-retour en bus coûte plus de 200€ par personne et dure 17h… On annule le projet, tant pis cela sera l’occasion d’un futur voyage au Brésil ! Du coup, on part en direction de San Antonio de Areco, une des plus jolies villes de la Pampa qui a su conserver sa tradition « Gaucho ». Si le Tanguero (danseur de tango) est l’expression même du Porteño (habitant de Buenos Aires), le Gaucho est l’incarnation même de la Pampa, un cow boy solitaire avec son cheval pour seul compagnon. L’auberge dans laquelle on s’installe dispose d’une piscine, alors le premier jour on se repose ! Le calendrier dans la cuisine est resté bloqué sur la date du 25 décembre, on y voit comme un signe, on va donc fêter Noël ce soir ! En plus devinez ce qu’il y a au fond du jardin ? Un barbecue !!! Et voilà, il en faut peu pour être heureux : un bon steak avec des légumes, un camembert, de la tarte au citron, du gâteau au chocolat et du bon Malbec acheté à Mendoza. Le lendemain on part passer une journée  » Dia del Campo » à l’Estancia la Porteña. Cette typique Estancia Argentine possède un caractère unique, elle a été déclarée Monument Historique National pour la préservation intacte de son style architectural “criollo” argentin et ses épais murs en adobe. Elle est considérée comme l’une des plus belles et traditionnelles du pays, pour son histoire, son architecture et la nature qui l’entoure. Sa maison principale construite au XIXe siècle, est entourée d’un parc dessiné à cette époque par l’architecte paysagiste français Charles Thays. Edifiée il y a près de 2 siècles, La Porteña est l’estancia la plus ancienne de la région. Elle évoque l’atmosphère d’antan, où l’écrivain Ricardo Guiraldes, auteur du fameux livre “Don Segundo Sombra” passa de longues périodes de son enfance. Cela l’inspira pour écrire ses meilleures pages, en observant la vie et les habitudes des Gauchos. C’est ici également que certaines scènes du film « Imagining Argentina » ont été tournées avec Antonio Banderas.
Pour nous aujourd’hui cela sera encore Noël ! On est d’abord accueillis pour l’apéro avec du jus, du vin, et des empañadas. On digère en faisant une visite des bâtiments avec la gentille Catalina et une balade à cheval accompagnés par Francisco le Gaucho. On se rappelle tous les 3 à nos plus ou moins bonnes expériences d’équitation étant plus jeunes et on rigole bien de se voir sur des chevaux, la palme de la classe revenant à Seb car il a adopté l’attitude du Gaucho : une main sur la selle, une main sur la cuisse ! Après cela on se met à table… Profusion de viande au barbecue, salades diverses, et vin rouge. Un temps est ensuite accordé à la sieste (comme tout bon Argentin qui se respecte) au bord de la piscine ou sur une couverture dans le jardin, puis on part faire connaissance avec tous les animaux de l’estancia : nandou, cochons et compagnie. Arrive le moment du spectacle de gauchos : ils s’élancent à toute allure sur leur monture pour passer entre deux poteaux d’où pend un anneau accroché à un bout de fil qu’ils doivent essayer d’attraper avec une sorte de tige en acier. S’ils réussissent, ils offrent l’anneau à une jeune fille et demandent une bise en retour. Bon, tout cela c’est bien sympa, mais c’est quand le goûter ? Oui, oui, encore à manger, c’est l’heure de la pause gourmande avec une bonne dizaine de gâteaux différents, on est définitivement repus ! Avant de les quitter, les Gauchos nous offrent un spectacle de chants et de danses folkloriques. Cette journée restera bel et bien gravée dans nos mémoires.
Le 30 Décembre on rentre à Buenos Aires pour préparer notre soirée du lendemain, celle là on ne veut pas la louper. On en profite pour retrouver Aurélie et Mathieu rencontrés à l’Ile de Pâques et dîner ensemble un repas des plus copieux (encore) : les meilleures pizzas de Buenos Aires venues tout droit du restaurant la Mezzeta (merci Mathilde du bon plan, vu dans un reportage des Nouveaux Explorateurs). Nous aussi on aura le droit aux kilos en trop de Noël finalement ! Il faut dire que ces pizzas ressemblent plutôt à un gros gâteau au fromage avec plus d’un kilo de mozzarella dessus !
DSC05410
Le 31 on passe une journée tranquille, on prépare notre dîner et on passe encore la soirée avec Aurélie et Mathieu. Ils nous quittent vers 1h pour prendre un avion et nous on sort en ville à la recherche d’un bar sympa. On finit notre soirée au Temple Bar (pas celui de Dublin), sur un air de Desireless « Voyage, Voyage » et on se couche aux alentours de 5h du matin. Le lendemain on bulle toute la journée en regardant des séries et on se couche tôt, Andréa étant plus impatiente que les autres car sa maman arrive demain matin. Josy nous rejoint pour 2 mois d’aventures en mode routarde ! Les retrouvailles à l’aéroport sont fortes en émotions après 6 mois de séparation et la discussion va bon train sur le chemin du retour à notre appartement. Pour son premier jour de voyage, on acclimate Josy tranquillement aux 30 degrés de la capitale, on se balade dans San Telmo et Puerto Madero puis on dîne en terrasse non loin de chez nous dans une parilla. Le serveur n’était pas des plus agréables, le repas était malgré tout bon et copieux sauf les Chinchulines : des bouts d’intestins grêle dont raffolent les Argentins ! Après une nuit de « récupération » sur le canapé, on annonce (une partie) de la suite du voyage à Josy, qui ne va pas être de tout repos mais si elle réussit elle aura un diplôme de « Super Routarde » : rejoindre Ushuaia en voiture soit plus de 3000kms.
Le 03 Janvier on quitte la capitale pour Bahia Blanca, simple halte pour une nuit.
Le lendemain, après 8h de route on rejoint la Péninsule Valdes où on séjournera dans une petite cabaña de Puerto Piramides. La Péninsule est inscrite à l’UNESCO, c’est une des plus belles réserves d’Amérique du Sud. On passe la journée du 05 Janvier à faire un « safari » : nous avons parcouru une partie de la péninsule avec notre voiture sur les routes désertiques de graviers à l’affût du moindre animal. Le premier enchantement viendra des Manchots de Magellan, ils se dorent tranquillement la pilule au soleil tout en se balançant au gré du vent, on les trouve drôles et mignons à la fois et on est enthousiasmés de pouvoir les admirer de si près. On rencontre ensuite des colonies de lions et d’éléphants de mer, si paresseux, et eux aussi se prélassent au soleil. Et tout au long de la route on a pu voir la majorité des espèces vivants dans le coin, soit : le Lapin de Patagonie, la Tatou, le Guanaco, le Nandou (sorte d’Emeu), etc. Mais malheureusement nous n’avons pas vu d’orques, ni de baleines n’étant pas la bonne saison et pas non plus de Florent Pagny ! Le soir on rejoint Puerto Madryn sur le continent pour y passer la nuit et se rapprocher (un peu) de notre prochaine étape. On se lève tôt le lendemain pour 14h de route en direction d’une autre ville sans intérêt, Rio Gallegos. Le voyage se passe bien, mais les paysages depuis le début du périple à Buenos Aires n’ont absolument rien de charmant ou d’intéressant, ce sont juste de vastes étendues désertiques, il faut prendre son mal en patience ! Sur les derniers kilomètres on a partagé la route avec les Guanacos qui broutent tranquillement le peu d’herbe du bord de route, mais on avait surtout peur qu’ils traversent tels des chevreuils comme par chez nous !
Après une courte nuit on part prendre le bus pour Ushuaia, arrivée à destination prévue dans 12h ! On roule 1h puis on arrive à la frontière du Chili où il faut faire tamponner nos passeports, ensuite on prend le ferry pour traverser le Détroit de Magellan, on remonte dans le bus et après 3h de route on arrive à la frontière Argentine où l’on fait de nouveau tamponner nos passeports, puis on reprend la route pour 1h et on change de bus, on se retrouve à côté des toilettes, une bonne odeur s’en dégage, c’est juste parfait ! Finalement on arrive à destination à 21h et on est accueillis par la neige ! Dire que les Yaghans vivaient ici tous nus, le corps enduit de graisse… C’est vraiment une sensation étrange d’être au bout du monde après tant d’heures et de kilomètres parcourus et nous avons perdus plus de 30 degrés, mais on est heureux d’être arrivés. Pour notre premier jour sur place on découvre d’abord tranquillement la ville, ses boutiques de souvenirs et tout ce qui peut être propice à des photos rappelant que nous sommes « Al Fin del Mundo », puis nous partons ensuite nous balader le long du canal Beagle, avec la chaîne de montagnes Martial pour fond. On fait une bonne marche, cela nous fait vraiment du bien de respirer l’air pur et de prendre le temps de profiter de cet endroit. Le soir en rentrant on se rendra compte que le soleil a été traitre avec nous, on a des bonnes têtes de touristes avec le nez tout rouge ! Pour notre second et dernier jour nous nous rendons au Parc Naturel de la Terre de Feu. Nous postons d’abord nos cartes postales dans le bureau de poste le plus austral du monde et nous partons pour une randonnée de 8km paisible et bucolique où l’on apercevra de nouvelles espèces d’oiseaux. Le soir on ne fait pas de vieux os car il faut prendre le bus le lendemain à 5h du matin et après les 12h de trajet on compte conduire encore 4h pour rejoindre El Calafate.
Après la mythique Ruta 3 pour rejoindre Ushuaia nous empruntons cette fois la célèbre Ruta 40 pour remonter au nord du pays et cette fois les paysages sont beaucoup plus sympathiques, la Cordillère des Andes étant omniprésente, tout comme de nombreux lacs d’une couleur bleue absolument unique.
Nous séjournons à El Calafate afin de pourvoir partir découvrir le Glacier Perito Moreno, le clou du voyage ! Véritable monstre de 14km de longueur sur 4km de large, il culmine à 60 mètres au dessus de l’eau du lac, c’est l’un des glaciers les plus vivants au monde : il gagne plus de 2 mètres par jour ! C’est bien simple, ce glacier est un spectacle vivant à lui tout seul, nous y avons passé plus de 3h à l’observer, l’écouter, le photographier sous tous les angles et même le filmer au moment où il craquait, un moment simple mais magique qui en valait vraiment la peine.
Après une nuit au camping du village de Los Antiguos, la prochaine destination de notre périple est Bariloche : lac, montagnes, sapins, chalets, chocolat, etc. Non, on n’est pas en Suisse mais au pied de la Cordillère, à quelques kilomètres du Chili, dans la région des Sept Lacs. Pour la partie moins drôle de l’histoire, certains anciens nazis vivaient paisiblement leur « retraite » ici.
Le premier jour est destiné au repos, il faut dire que la nuit a été courte à cause d’un coloc de dortoir qui ronflait très fort (un ronquido) ! Nous sommes simplement allés faire un tour en ville histoire de goûter leur fameux chocolat, de ramener des cerises et de quoi se faire un bon barbecue !
Avant de reprendre la route le lendemain, on fait un petit tour à Colonia Suiza, puis on grimpe au Cerro Campanario pour une vue à 360 degrés des plus spectaculaires du pays. Pour redescendre on utilise le télésiège, un moment bien agréable afin de profiter du panorama d’une autre manière.
Après avoir emprunté la jolie route des 7 lacs et pique-niqué au bord du lac de Villa La Angostura, nous arrivons à San Martin de Los Andes afin de pouvoir nous balader dans le Parc National Lanin. On loge dans une auberge qui fait une formule de demi-pension où tous les soirs on a dîné en mode « cantine », et les portions étaient vraiment petites pour nos estomacs, surtout celui de Seb qui attendait toujours le rab ! Sinon pour la balade… c’était pas spécialement des plus belles et agréables, et on s’est surtout cogné plus de 50 km de route de graviers pour nous y rendre, au plus grand bonheur de Josy !
On attaque désormais le remontée du pays pour rendre notre voiture dans les temps à Mendoza. Il y a plus de 19h de route, on fait donc une étape dans le village de Barrancas, finalement fort sympathique car pas du tout touristique et nous nous retrouvons dans un camping tenu par deux Mamies trop mignonnes (Amanda et Elba) et on fera également la connaissance de Sebastien, un Belge / Espagnol qui est parti du Brésil en vélo pour rejoindre Ushuaia : un dingue !
Arrivés à Mendoza, après de courtes formalités nous rendons notre voiture très sale mais en parfait état avec 8000km de plus au compteur, Seb fait un passage express (encore) chez le coiffeur / barbier et ensuite nous prenons un bus pour 19h de trajet afin de rejoindre notre dernière destination en Argentine, la ville de Salta. C’est la plus jolie ville coloniale d’Argentine, surnommée « La Linda » (la belle), cette dernière halte est très agréable malgré la chaleur assommante, Seb allumera le dernier barbecue du voyage en Argentine, un peu nostalgique ! Le dernier jour, après avoir visité la ville, fait nos achats de souvenirs et dégustés leurs fameuses empañadas, on passera l’après-midi au frais à notre auberge avant de prendre un bus pour cette fois partir pour un nouveau pays… La Bolivie !
Pour conclure nous avons passé 1 mois superbe à découvrir l’Argentine à travers les routes désertiques, un pays riche en faune et flore. Même si le budget a pris un gros coup, nous ne le regrettons pas.
Conseils aux Futurs Gringos :
– L’Argentine n’est plus un pays bon marché, attendez-vous à des prix similaires à la France. De plus, faites bien attention à la saison durant laquelle vous vous y rendez car il est difficile de s’organiser en « dernière minute », les établissements et les bus étant souvent complet et les prix flambent en plein été, période de grandes vacances ici.
– Essayez de programmer votre itinéraire avant le départ, les distances à l’intérieur du pays étant très longues il est parfois préférable de prendre l’avion.
– Air BnB est ici aussi une bonne solution pour se loger pas trop cher. Le couchsurfing aussi apparemment mais pour nous ça ne marche toujours pas…
L’Argentine, c’est le pays… 
– Où les chiottes ne ferment jamais à clé et les lits superposés n’ont pas d’échelle (Josy : 0 / lit superposé : 2).
– Où il vaut mieux voyager avec un guide touristique de l’année en cours pour ne pas être surpris par l’inflation. Les prix ont été multipliés par 10 depuis 2009 et par 2 depuis 2014 !
– Où tu fais la queue pendant très longtemps avant de pouvoir (peut-être) retirer des sous à la Banque.
DSC05831
– Où l’on boit du Maté partout et à toute heure. Il est le symbole de la communication, de l’amitié et du bon accueil. Cette infusion possède des vertus très toniques, supprime la sensation de faim et chasse les migraines.
– Où l’on mange des desserts et sucreries à base de Dulce de Leche, une confiture de lait très sucrée, excellente mais qui finit par être écœurante en trop grosse quantité.

5 réflexions sur “Les Gringos au Pays des Gauchos.

  1. tout ça est magnifique!!!je retiendrai une chose qui m »a marquée…..vous faites beaucoup de barbecues!!!vivement cet été vous allez être au top pour nous en faire profiter!!!j’espére qu’il y a d’autres photos de Seb à cheval avec les gauchos!!!toutes ces années passées auprés des chevaux !!bisous les baroudeurs et personnellement je décerne le diplome de baroudeuse à Josy!!bravo et bon courage pour la suite!!

    J'aime

  2. On descend par chez vous cet été , ce serait top de se voir un soir ! On ramènera de la bonne bière du nord 🙂 bisous et faites nous rêver jusqu’au bout !

    J'aime

  3. MENDOZA >CORDOBA> Cahors> LA BAMBOURA>CAMINICO> EL OUSTALETO > ARECO > LUZECH > Aorelia y Mathios > y despues …..Los YAGHANS Androu y Sebou y Josita y Mariona

    MAMA MIA !!!!!!!!

    AAAAAAHHHH !!!! OOOOOOHHHH!!!!! SISISISISI MUY FORMIDABLE TODO ESO ….. MUY GRINGOSO !!!

    GRACIAS POR EL VIAGE –
    NELITA EMILIO DE FRANCA

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s