Dans la jungle, terrible jungle Malaisienne…

C’est l’heure de la rentrée pour nous aussi le 04 septembre !!!

Fini le farniente en Thaïlande, retour à l’authenticité, aux rencontres avec les locaux, aux treks, et quand même peut être quelques jours à la plage !!!

DSC02283

On quitte la Thaïlande comme on est arrivés, c’est a dire à toute allure. L’autoroute est en mauvais état, pendant plus de 4h assis à l’arrière du minibus serrés comme des sardines on a l’impression de faire du rodéo. Quand vient le moment de changer de bus on se retrouve cette fois sur une route en meilleur état mais en compagnie de 8 Chinois qui parlent fort, rotent, chantent et sifflent… que le trajet est long ! Heureusement le passage de frontière se fait comme une lettre à la poste même si notre chauffeur de bus essaiera de nous embrouiller avec une taxe à payer pour le tampon du visa : tu te mets le doigt dans l’œil mon coco, on n’est pas des Chinois, on donne rien du tout ! On arrive à Penang après plus de 12h de trajet et on est accueilli à notre guesthouse avec le sourire et les bons conseils sur la ville, super ! Penang est une île mais pas de séance bronzette ou plongée en perspective, la ville est une parfaite entrée en matière pour découvrir la  Malaisie. Ici c’est un véritable melting-pot de cultures et de religions, on est conquis par le lieu. Deux jours nous suffiront à visiter Little India, Armenian Street, les temples, mosquées et églises et à partir à la découverte du street art qui est caché dans tous les recoins de la ville, on adore ! On aime aussi particulièrement les foodstalls, sortes de grandes halles où se regroupent des restaurants de spécialités venues de toutes l’Asie, rajoutez à cela un concert en plein air sur des sons de Jo Dassin à la sauce asiat et vous passez une très bonne soirée.

IMG_1192 DSC02362 DSC02379 DSC02371  DSC02369

DSC02349  DSC02334 DSC02370DSC02322 DSC02314  DSC02306 DSC02291 DSC02315 DSC02296 DSC02287 DSC02351

DSC02308

Après ces deux jours on prend la route pour le centre du pays : les Cameron Highlands, il s’agit d’une station climatique fondée par les Anglais. Le lieu est principalement connu pour ses immenses plantations de thé. Pour apprécier les paysages il faut partir à l’aventure car la ville de base n’a aucun charme : on se croirait dans une station de ski à l’abandon (il n’y a pas de neige ici, le record de froid est de 7 degrés !), avec des serres qui poussent comme des champignons et toutes sortes d’attractions touristiques bidons comme les fermes à papillons, orchidées ou cactus. Le premier soir on s’installe au coin du feu de notre guesthouse pour organiser notre rando du lendemain car les usines de fabrication de thés sont fermées le lundi. Après une nuit fraîche on part donc dans la jungle pour grimper au sommet du Gunung Beremban à 1840 mètres. On s’en va en pensant faire une promenade de santé de 2h30 mais qui va s’avérer être un véritable trek de 6h ! Arrivés en haut du sommet il n’y a aucune vue car tout est embrumé mais on est quand même contents de notre immersion car on a pu apercevoir quelques oiseaux, insectes et champignons et entendre les bruits de la jungle, mais on aura pas vu de raflésie, la plus grosse fleur du monde ! Le soir on ira se rassasier dans notre cantine indienne avec un bon poulet tandoori. Pour le deuxième jour on voulait monter au sommet du Gunung Brinchang, traverser la Mossy Forest (forêt de nuage) et visiter une plantation de thé. Affréter un taxi pour nous deux était assez cher alors on a réservé une excursion dans une agence en se disant qu’on allait peut être rencontrer des gens sympas et pour le prix dérisoire il y a aussi la visite de la ferme aux papillons (super !!) et d’une plantation de fraises aspergées de pesticides (re-super !!). On voyage donc en compagnie de deux couples et deux sœurs de nationalité allemande. Un des deux couples a fait la gueule tout le long, l’autre ne voulait pas aller dans la Mossy forest car ils n’avaient pas les bonnes chaussures et les deux sœurs voulaient rentrer tôt car elles avaient un bus à prendre et voulaient absolument manger avant de partir : ambiance ! Depuis qu’on a commencé la journée il pleut, la première étape est la ferme à papillons, on verra de belles espèces mais le lieu est navrant, ensuite on s’enfonce dans les plantations de thés et on visite l’usine de Boh, un moment très agréable où enfin on verra de superbes paysages, le temps ne s’est pas dégagé mais notre chauffeur nous amène quand même en haut du Bunung Brinchang. Arrivés au sommet, aucune visibilité, dommage, mais on aura pris quelques radiations en cadeau, le lieu est truffé d’antennes en tous genres qui en émettent. Annulation de la balade à la Mossy Forest à cause du temps, donc on redescendra directement à la plantation de fraises, rien à ajouter là dessus… Et bien au moins cette demi journée à ouvert notre sens critique sur le fait que la beauté de cette région court un réel danger et aussi qu’on ne fera plus de tours organisés ! Dernière soirée bien fraîche, cela nous fait bizarre de mettre pour la première fois depuis que nous sommes partis polaires, pantalons, chaussures fermées, et de prendre une douche chaude, on a même failli squatter des paires de chaussons de Raymonde ! Pour notre dîner on tente en vain de manger une spécialité malaisienne, vraiment difficile à trouver car le pays étant multiculturel il y a surtout de la cuisine chinoise, indienne, indonésienne et thaï.

 IMG_1221 DSC02479 DSC02467 DSC02449 DSC02438 DSC02420 DSC02403 DSC02392

DSC02383  DSC02384  IMG_1227

Le lendemain matin nous prenons un bus en direction du Taman Negara, littéralement le Parc National. Afin d’arriver au village de départ des treks on va faire un trajet de 3h en pirogue à travers la jungle, un moment très plaisant. Le Taman Negara a été créé en 1939 afin de protéger la jungle qui date de plus de 130 millions d’années, plus vieille que la forêt Amazonienne. Le pays souffre énormément de la déforestation, des kilomètres carrés de forêt sont remplacés par des cultures de palmiers à huile, le seul triste paysage à voir très souvent sur la route. On arrive sous un gros orage et la mousson, on prend nos quartiers dans la jungle, dans des cabanons de fortune comme on les aime. Il y a très peu de restaurants dans le village et tous servent la même chose et pas spécialement de la cuisine malaise, notre premier repas n’est pas enthousiasmant ! Comme il a plu toute la nuit on ne part pas en trek le lendemain on se garde la journée pour organiser notre rando et voir si on partira avec un guide ou non ! On aurait pu rendre visite à une communauté d’aborigènes, les Orang Asli, mais ils se sont tous sédentarisés (à cause/grâce au gouvernement), on n’est pas vraiment fan de ce genre de voyeurisme. Le soir dîner malais = dîner loupé ! Un mélange gluant de grosses pâtes avec des légumes et des fruits de mers. Le serveur était tellement content de nous faire découvrir ce plat que Seb lui a dit en ayant du mal à finir sa dernière bouchée que c’était « Very Good ! », comme l’impression d’être dans Le Père Noël est une Ordure au moment de la dégustation de Kouglof ! Le lendemain on part seuls dans la jungle et équipés comme des pro de la rando et contre les sangsues : tee-shirt dans le pantalon et pantalon dans les chaussettes + 3L d’eau chacun. On fait un premier stop à la Canopy Walkway : le pont suspendu le plus long du monde soit plus de 500 mètres de long et 80 mètres dans les airs à travers la jungle. Bon pour nous ça sera juste le premier tronçon, le reste étant fermé, soit 15 minutes d’adrénaline pour 2€, bof ! Après avoir quitté les touristes en claquettes, maillot de bain ou torse nus, on s’enfonce dans la jungle ! Arrivés en haut de Teresik Hill pas de vue à cause de la brume mais un énorme serpent ! Au début on fait les rigolos en pensant qu’il est mort, on se dit « Allez on le prend en photo, il est trop beau, on dira pas qu’il est mort ». On jète quand même deux/trois bouts de bois pas trop loin et là, le type il se met à bouger, aaaaaaah !! On reprend nos esprits et on continu la balade en mode ralenti car ici il y 90% d’humidité, une sensation vraiment désagréable ! On croise un varan mais il part en courant car Androu était en train de chanter du Céline Dion à tue tête (Prière Païenne pour les fans) ! Après plus de 4h de trek direction la douche et inspection générale : pas de sangsue, ouf ! Juste à côté de notre cabanon on verra un autre serpent bien flippant et un varan en train de manger une grenouille : est-ce que ça valait le coup d’aller dans la jungle ?! Dernier soir, encore une tentative de repas malais, cette fois c’est gagné : du Satay, c’est à dire des brochettes de poulet marinées dans des épices et des cacahuètes. C’est super bon pour Seb, moins pour Andréa pas vraiment conquise par la gastronomie locale. Avant d’aller se coucher on a quand même jeté un coup d’œil sous le lit au cas où qu’un serpent se soit caché !!!

IMG_1278 IMG_1270 IMG_1267

DSC02508  DSC02495 DCIM100MEDIA  DSC02487

DSC02514  DSC02483

Le 12 septembre, après 2 bus locaux nous voilà arrivés à Kuala Lumpur la capitale malaise ou malaisienne, on peut dire les deux. Petite balade à pied dans le quartier de Little India en arrivant et resto indien of course ! Le lendemain matin on teste le petit déjeuner local : le nasi lemak, soit du riz cuit dans du lait de coco relevé de gingembre, anis et cannelle avec des concombres, anchois secs, œuf dur et cacahuètes grillées accompagnés d’un poulet frit, une vraie tuerie ! Après ce petit poulet du dimanche midi revisité, on est en forme pour aller visiter la ville. A notre agréable surprise les principaux monuments sont très facilement accessibles à pied, en une demi journée on avait tout vu : la place Merdeka, le palais du sultan Abdul, la mosquée Masjid Jamek (on apprécie les mosquées, ça change des temples), l’ancienne gare, etc. Il y a encore quelques beaux monuments dans cette ville si moderne mais hélas noyés au milieu de buildings en tous genre. En parlant de buildings, en fin d’après midi on ira voir de plus près les Petronas Towers, c’est à dire les deux plus grandes tours jumelles du monde, et le 9ème plus grand gratte ciel du monde avec un pic s’élevant à 451 mètres. Elles ont été érigées en 1996 par la compagnie pétrolière Petronas pour la coquette somme de 2 milliards de dollars et font la fierté du pays !
Deux jours en ville nous ont suffit car on n’est pas allés du côté obscur, c’est à dire du côté des magasins donc on prend la route direction Malacca, à quelques heures au sud.

 DSC02551 DSC02533 DSC02547 DSC02538 DSC02531 DSC02528 DSC02520DSC02544 (2)

On loge chez un monsieur fan de la France, on aura même droit à du Francis Cabrel au petit déjeuner, sympa d’entendre l’accent Lot et Garonnais mais ça fou facilement le cafard aussi !!!
Malacca a été classée a l’UNESCO en 2008 (en même temps que Penang), le gouvernement en a fait la première ville non fumeur du pays pour attirer les touristes et ils ont restauré les principaux monuments, qui sont pour la plupart agréables mais pour nous ça fait un peu faux, style parc d’attractions ! Ici les trishaws (tuk tuk) sont kitsch à souhait avec un toit en forme de papillons, un thème de déco chacun (souvent un dessin animé) et la musique à fond ! On a pas testé car honnêtement la ville se visite très facilement à pied. Malacca est une étape agréable pour nous car on doit se rendre par la suite sur une île de la côte est.

DSC02585 DSC02575 DSC02574 DSC02572   DSC02566 DSC02560

DSC02568 DSC02558

DSC02570

Étant partis trop tard le matin on devra dormir à Mersing afin de pouvoir prendre le ferry le lendemain matin. La ville n’a aucun atout, c’est juste le point de départ des ferry, on va donc prendre notre mal en patience !! Le lendemain matin direction la jetée au plus tôt car on n’a pas pu acheter nos billets de bateaux la veille et il paraît qu’il y a du surbooking… On achète un billet, puis on paye une taxe, puis on s’enregistre avec nos passeports, puis on nous donne la carte d’embarquement et enfin on peut monter dans le bateau ! En route pour l’île de Tioman, élue plus belle île du monde dans les années 70 (oui ça date…) grâce à sa jungle et ses fonds sous marins. On choisit de descendre sur la plage de Tekek, soit disant un endroit resté bien local sauf que les prix des logements sont hallucinants, c’est à dire 50€ la nuit dans une cabane qui n’a rien de luxueux, sans le petit déjeuner, sans le wifi, on comprend pas vraiment là, comme dirait Nabilla : non mais Allô quoi ?! On cherche quand même dans le coin mais en plus c’est les vacances malaisiennes donc complet partout ! On décide de changer de plage, on se dirige vers ABC, la plage des routards. A peine arrivés un papi Malaisien nous chante l’Hymne à l’amour d’Edith Piaf et nous propose un petit logement pour 10€ la nuit. On se retrouve dans une hutte de fortune mais c’est parfait pour nous ! Ça sera nos deux derniers jours en Malaisie ici, au calme sur une île pas encore trop ravagée par le tourisme, ça fait du bien ! On aura aussi résolu un mystère car depuis notre arrivée dans le pays il fait très chaud mais le soleil est tout le temps caché sous une épaisse brume, qui vient en fait de l’île indonésienne de Sumatra où il y a en ce moment d’importants feux de forêt.

DCIM100MEDIA DCIM100MEDIA DCIM100MEDIA DCIM100MEDIA DSC02610 DSC02605 DSC02602 DSC02598 DSC02597 DSC02595

Le coin des anecdotes :
– ne cherchez pas de couteaux, ici on mange avec fourchettes et cuillères et si ça ne marche pas c’est avec les doigts !
– la Malaisie est l’endroit idéal pour recruter pour les pubs Benetton. On a franchement eu du mal à savoir qui était malaisien ou indien ou chinois ou etc.

Benetton-1984-3-300x200
– un petit bravo pour la Malaisie, on a trouvé des poubelles et ils font le tri : canettes, verre et bouteilles plastiques !! Après ne nous demandez pas si c’est bien géré !

Ces 15 jours en Malaisie nous ont vraiment plu, c’est un pays où l’on peut facilement sortir des sentiers battus et qui garde encore son authenticité mais pour combien de temps, vu l’allure à laquelle tout se modernise ? Les Malais sont par contre d’une gentillesse extrême, quel plaisir de recevoir tous ces sourires, de l’aide dès qu’on semble perdus, etc. Ça on espère qu’ils ne le perdront pas !
Pour ceux qui comme nous, ne connaissent de la Malaisie que Malaysia Airlines, prenez le temps de lire des articles à son sujet car il y a de tas de choses intéressantes à savoir notamment sur les droits de l’homme, la religion, la politique, l’économie, etc.

Voilà maintenant on part 2 jours à Singapour, puis c’est au tour de l’Indonésie, dernière destination asiatique avant de s’envoler pour la Nouvelle Zélande le 11 octobre.

 

3 réflexions sur “Dans la jungle, terrible jungle Malaisienne…

  1. Merci pour ce résumé toujours plein d’humour j’adore 🙂 la Malaisie rentre donc les destinations à réfléchir pour le prochain voyage !
    Bisous à vous 2, Tom & Marion.
    PS : j’ai le job dans mon ancienne boite !!!!

    Aimé par 1 personne

    1. Yyyyeah super ça pour le boulot bien contents pour toi ! On aime bien recevoir des bonnes nouvelles ! Ok pour la Malaisie mais pensez aussi à la Birmanie ! Et peut être aussi l’Indonesie vous verrez ça dans 3 semaines à la fin de notre périple ! Bisous à vous 2

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s