Indonésie acte 1 : Java, tu joues avec nos émotions !

Le 21 Septembre on quitte Singapour pour Jakarta et une fois sur place on a le choix entre 16h de train ou 1h de vol pour rejoindre Yogyakarta, les prix étant les mêmes on ne réfléchit pas longtemps ! Après 2 vols avec des compagnies sur liste noire on arrive sains et saufs et on part de suite manger, ce sera un Nasi Campur pour chacun, une assiette de mélange de spécialités indonésienne, une bonne entrée en matière culinaire dans le pays. Au moment d’aller se coucher on fait la rencontre d’une famille Française partie pour 1 an en Asie (lesdomsenasie.blogspot.fr), on discute un long moment car ils ont déjà beaucoup voyagé précédemment en Afrique et en Asie, et ils nous font carrément rêver ! On a lu beaucoup de témoignages sur ces familles qui voyagent mais de les rencontrer ça nous confirme que c’est réellement possible et pas si fou que ça au final !

Le lendemain on décide que la journée sera consacrée à préparer notre itinéraire et c’est pas une mince affaire tellement il y a d’îles, offrant toutes quelque chose de différent. Une partie de l’après midi sera aussi dédiée au repos ! Le soir, repas dans la rue attablés avec les locaux, ils adorent discuter avec nous et on goûte aux premiers moments de gloire car ils aiment aussi nous prendre en photo ! C’est bien reposés que nous nous levons de bonne heure le lendemain matin en direction de Borobudur, le plus grand temple bouddhiste du monde pour l’affronter à la fraîche et voir le lever du soleil. On attend le bus longtemps, longtemps, il commence à faire chaud, et puis on se rend compte que les bus ne partent qu’à 10h ce jour là, alors changement de plan on ira en fin d’après-midi pour le coucher du soleil ! Comme à notre habitude maintenant, on est venus au moment de l’Aïd, ou « fête du sacrifice », une grande célébration musulmane, du coup de nombreuses boutiques sont fermées et services annulés ! Mais au moins c’est la java (ah ah) et on loge dans un quartier animé à côté de la mosquée, des familles et des moutons pour l’instant vivants !!! Dans l’après-midi on arrive finalement au temple, il fait bon, pas trop de monde, il n’y a plus qu’à attendre le coucher du soleil. Le site est vraiment superbe, l’architecture est totalement différente des grands temples déjà visités, tout en pierre volcanique et en forme de cloche, on en prend plein les yeux ! En rentrant en ville on ira dîner par terre avec les locaux, le concept nous plait bien et le dîner aussi, ça sera comme d’habitude un Nasi Goreng : riz et poulet.

DSC02724 DSC02714 DSC02709 DSC02697 IMG_1395  IMG_1365 DSC02775 DSC02748 DSC02731

IMG_1381

24 septembre, le Sultan organise une grosse boum ! Ce monsieur n’a pas vraiment de pouvoir politique mais il est extrêmement respecté et il possède un très riche patrimoine qu’il gère à l’américaine. Étant lui même musulman il y a une parade pour l’occasion et des offrandes de nourritures. Pour aller au palais ou Kraton, on se rendra compte que nos voisins les moutons ne sont plus là, tous les villageois sont dans la rue en train de les découper et de se partager la viande, ambiance garantie sur le son de : Allahou akbar, Dieu est plus grand. Au palais la parade commence, toutes les troupes défilent, arrivent les gros paniers d’offrandes, les chevaux et les éléphants du sultan, mais pas de sultan dommage !! Tout ce petit monde se rend ensuite à la mosquée, nous on rentre car on doit partir visiter un autre temple, cette fois hindouïste, celui de Prambanan, où on grimpera pour toucher la statue de Ganesh, sa trompe pour la connaissance, son ventre pour la richesse et ses pieds pour la force de poursuivre le voyage. La visite sera suivie d’un ballet de danse traditionnelle : en bref, une magnifique journée !

DSC02909 DSC02908

DSC02902 DSC02894 DSC02883 DSC02870

DSC02857 DSC02848

DSC02854  DSC02841 DSC02825 DSC02949

DSC02915 DSC02817

Voilà on a bien pris notre temps à Yogyakarta, c’est le leitmotiv de nos 3 dernières semaines en Asie, on part maintenant pour l’ascension du Volcan Bromo, le volcan sacré javanais, et là commencent nos pires 48h de l’aventure !
On loupe le réveil donc pas de douche et on boucle les sacs fissa direction la gare. 9h de train pour se rendre à Probolinggo, genoux contre genoux et serrés comme des sardines avec nos voisins mais au moins on peut facilement sympathiser ! Arrivés à destination à 16h30 on prend un bemo (petit bus local) pour se rendre au terminal de bus. Une petite fille trop mignonne est assise en face d’Androu, c’est une petite gloutonne qui mange sa glace fondue au chocolat et elle en a partout sur la bouche, les doigts et les habits. Elle est mignonne jusqu’au moment où toute la glace se répand sur mon sac et pas du côté de la housse de protection !!! Au terminal de bus, la liaison pour le village de Cemoro Lawang, au plus près du volcan, n’est plus assurée donc soit on monte avec des bus ou jeeps privés affûtés pour arnaquer les touristes et qui attendent parfois des heures que leur bus soit rempli pour partir pour 70 000 rps, soit on fait du stop. Option 1 : le stop = échec ! Il commence à faire nuit, tout le monde s’arrête et nous demande ce que l’on fait, soit ils sont d’accord pour nous amener à Bali (?), soit nous monter au village mais le lendemain, ou ils nous disent d’aller voir leurs copains des jeeps ! Option 2 : le taxi = échec ! Un papi trop mignon nous remarque et nous dit qu’il va nous aider, il part en scoot chercher un ami qui nous conduira au village pour 300 000 rps après 20 minutes d’attente il revient désolé son ami n’est pas là mais il a un autre ami dispo après la prière qui peut nous amener il suffit d’attendre 30 minutes, ok ! L’ami en question arrive mais le prix est de 450 000 rps, eh oui 300 000 rps c’était l’année dernière, il s’est trompé ! Aaaaaaaah on craque, on rebrousse chemin sans trop savoir quoi faire, limite dormir à la gare et partir sans voir le Bromo. En route un autre monsieur a un ami (encore) qui peut nous monter pour 150 000 rps et là il nous dit que c’est ok si on est 4 et nous demande combien on est ?! Mais est ce qu’on a l’air de voyager avec la Bande à Basile ? On est 2 Du Con ! Ah ben oui désolés là au bout de 3h on craque et on vous le fait poli à vous !! Petit arrêt pipi, payant bien sûr, à la station essence et là deux types nous appellent ils peuvent nous monter pour 200 000 rps ! Parfait, on monte en voiture, ils rigolent en disant qu’on a une voiture privée c’est la classe, nous disent qu’ils vont nous arrêter à un supermarché pour acheter de l’eau car elle est moins chère ici mais en fait c’est surtout qu’ils ont des morceaux de viandes à récupérer, bref on remonte en voiture et là ils font demi tour ! Quoi ???? Mais on va où la ? Chercher 2 autres personnes ! Bon pas le choix, on y va mais arrivés sur place les 2 touristes sont partis, ils sont dégoûtés et du coup nous aussi on se taille pour bien les achever, on est plus à 5 minutes près !!! Ah ah ah : rire machiavélique !!! Option 3 : le minibus = gagné ! On trouve une agence ouverte pas loin, cette fois il y a du monde on va pouvoir remplir un minibus et monter pour 150 000 rps ! Après 2h de route on arrive enfin au village il est 21h30, et il faut trouver une chambre ! On tente 2 guesthouses où ils nous demandent si l’on a un ticket, soit une réservation faite par une agence, ben non, et bizarrement leur réponse est la même : on est complet ! Heureusement comme tout bon village d’arnaqueurs qui se respecte on réussi à trouver une chambre chère et bien pourrie et un resto à 22h, youpi ha !!! C’est la première fois de l’aventure où on n’utilisera pas la douche, on a eu trop peur d’attraper une maladie, même en étant si bien vaccinés ! Maintenant au lit car pour voir le Bromo il faut se lever à 3h30, mais quand même, quelle journée de merde !!! Le lendemain matin on part de bonne humeur, les tracas de la veille oubliés, ça fait parti de l’aventure, et on se fait direct abordés par une moto qui veut nous monter au sommet mais notre regard noir aura suffit pour qu’il fasse demi tour. On grimpe donc tranquille de nuit, à la frontale, un moment de paix presque et on arrive au point de vue, juste quelques touristes assez discrets nous tiennent compagnie et on va rester là 3h à admirer le soleil se lever et donner des couleurs superbes au volcan, entouré par la brume qui fait des tourbillons, le Mont Semeru au loin qui crache de la fumée de temps en temps et les flans du volcan qui se devinent petit à petit, un moment absolument magique, ça valait franchement le coup de voir ça ! Sur la route du retour on croise des papis et mamies trop mignons au premier abord et devinez quoi, eux aussi sont rodés à l’arnaque, ils proposent tous de les prendre en photo contre une petite rémunération, mais c’est quoi ce village franchement ??? Après s’être recouchés on souhaite repartir pour la gare de Probolinggo et on se dit que quitter le village va être plus facile que la veille, mais que nenni !!! Un seul bus descend, il faut qu’il se remplisse et ça coûte 70 000 rps, d’accord, on attend un peu, on réussi à être 10 mais ça va nous coûter 100 000 rps car le bus n’est pas plein, il faut être 15 ! La blague ! On aurait été 15, il nous aurait dit qu’il fallait être 20 pour que se soit complet ! On essaye tant bien que mal de négocier, mais là on n’en peut plus on veut partir d’ici et vite ! De nouveau sur la route on croise des enfants, oh c’est mignon ils nous font coucou, oh mais qu’est ce qu’ils disent ? « Money, Money » et croyez moi ils nous chantent pas la chanson d’Abba !

1 (2)

1 (1)

DSC02993 DSC02984

En route désormais pour la plus belle aventure vécue sur l’île et pour un autre volcan, le Kawah Ijen ou « cratère vert » qui culmine à 2400 mètres. Il a été rendu célèbre et touristique grâce à Nicolas Hulot qui est venu tourner Ushuaia Nature, alors pour ceux qui voudraient s’y intéresser : tous à vos magnétos et cassettes !!!
On a réservé 3 jours et 2 nuits dans un village situé à 1h du volcan et on va vivre en véritable immersion avec les habitants.
Paing et sa femme viennent nous chercher à la gare vers 21h et nous conduisent à leur maison sur une route ou plutôt un chemin caillouteux à bord d’un Espace, ça secoue ! Sur le mur de la maison ils ont créé un tableau avec des phrases en indonésien traduites en anglais et en français pour que tout le village puisse apprendre. La femme de Paing nous fait à manger pendant qu’on discute avec son mari de leurs conditions de vie. Lorsqu’ils n’accueillent pas de touristes les hommes vont travailler au volcan qui est en fait une mine de souffre et les conditions de travail sont absolument lamentables. Paing nous conseille d’aller nous coucher pour être en forme les 2 prochains jours, ça sera donc notre 3ème jour sans douche, dur ! On doit être prêt pour 10h le lendemain donc on met le réveil assez tôt pour la mission douche, qui est très rudimentaire mais eux se lavent à la rivière donc ils doivent trouver leur « salle de bain » luxueuse ! Après un petit déjeuner très copieux on fait la connaissance de Chung, qui va nous accompagner pendant 2 jours. Il nous amène se balader dans son village et dans les rizières au bout de la « rue ». On fait une première pause pour discuter et ces moments sont extraordinaires, on peut échanger sur absolument tous les sujets. Chung est donc étonné d’apprendre que nous venons de petits villages comme le sien sauf que nous avons une route et internet, il pensait qu’il n’y avait que des buildings en France. Il nous amène ensuite dans sa maison pour nous présenter ses bébés de 24 jours seulement, des jumeaux, une attraction au village, un bonheur pour lui mais qui le contraint à travailler encore plus dur. Étant absolument fan de la France un de ses fils s’appelle Paris ! Il nous offre un thé et nous fait écouter les chansons françaises qu’il apprécie notamment Alain Bashung, Lara Fabian et Dalida, mais quelle ne fut pas sa peine quand on lui a appris qu’elle était morte, oups !
On part ensuite en Jeep avec un ami à lui à la découverte de leur magnifique région. Premier arrêt à une cascade, nous sommes dimanche il y a du monde partout, on est les deux seuls occidentaux ça va être encore de longs moments de gloire pour nous, et Androu va toucher beaucoup de ventres de femmes enceintes, c’est une tradition ici car elles souhaitent que leur enfant ai la peau claire comme nous, ah ben mince moi qui pensait être bronzée !!! Chung nous fait déguster quelques spécialités locales et on continu vers les plantations de café Robusta et Nescafé (tenues par des compagnies chinoises), de caoutchouc, de clous de girofles et pour finir de cacao. On dégustera de l’eau de coco bien fraîche devant les rizières, un spectacle saisissant et on testera même de goûter la fève de cacao, une délicieuse découverte !
Après un bon repas préparé par la femme de Paing, une petite sieste et un goûter (on est pas morts de faim), Andréa fait la connaissance des enfants du village en début d’après midi pendant que Seb discute avec Chung.
Les enfants vont m’amener pendant 1h à travers leur village, complètement sur-excités ! Gigi va se proclamer chef de bande et guide, il dirige la marche et me dit ce que je dois prendre en photo, un moment très riche en émotion pour moi, je suis tombée sous leur charme.
A mon retour, on part se balader dans les rizières avec Chung et on discute avec lui encore un long moment puis on dînera avec deux français tout juste arrivés qui vont nous faire changer une fois de plus nos plans de destinations grâce à leurs conseils, décidément c’est pas évident l’Indonésie !
Avant de se coucher, nouveau moment d’émotion en offrant des paires de chaussons de mamie, 2 pour Paing et sa femme et 2 pour les bébés de Chung, ils sont ravis et nous aussi ! On les verra même rentrer de la mosquée chaussons au pieds !
Cette fois réveil à minuit et demie et en route pour le volcan. Chung sera notre guide et Paing nous conduit, on découvre avec joie qu’il a les chaussons de mamie aux pieds, avec sa femme ils ont dormis avec !
La montée de nuit se fait rapidement jusqu’au sommet, on s’équipe de masque à gaz et on ne traine pas pour descendre dans le cratère, Chung sera très rassurant avec nous et il me donnera la main tout le long. Une fois en bas on découvre les flammes bleues, ce pour quoi il est principalement connu, un phénomène chimique complexe, et un très beau spectacle mais ce qui est beaucoup plus saisissant c’est le travail des mineurs, on en a les larmes aux yeux. Ces hommes travaillent pour une compagnie chinoise qui les exploitent totalement, les rend même au titre d’esclave pour nous. Les porteurs de souffre chargent dans des paniers à balanciers plus de 60 kilos de souffre qui a jailli à plus de 120 degrés puis s’est refroidi. Ils font entre 2 et 5 voyages par  jour soit 15 kilomètres à chaque fois pour un salaire des plus dérisoires. Il travaille en général 10 jours et rentrent ensuite chez eux 10 jours. A tour de rôle ils dorment dans le cratère pour surveiller les flammes et la dangerosité des gaz. Le père de Chung a déjà eu un grave accident qui l’a contraint à se rendre à l’hôpital – ils se soignent en général avec des massages, des potions et des prières – et ça lui a coûté très cher n’ayant pas d’assurance. Comme nous a dit Chung, ils n’arrêtent pas ce travail pour leur retraite mais pour leur mort, ça nous a glacé. Aucune installation moderne pouvant les soulager et rendre leur travail plus sécurisant n’est envisagée. Ils ont déjà fait grève mais la nécessité d’un salaire les a vite rattrapé. Le souffre est utilisé principalement pour le raffinement du sucre mais aussi pour la cosmétique… On va rester au fond du cratère un long moment, le soleil se lève et on aperçoit beaucoup mieux le lieu, le lac vert au milieu du cratère s’est même mis a bouillonné, Chung nous a alors conseillé de remonter par précaution. Au moment de repartir au parking on apercevra une touriste dont on taira la nationalité (vous allez finir par croire qu’on a un problème avec eux) qui a payé 4 mineurs – très cher on l’espère – pour la porter sur une chaise jusqu’en bas, une vraie honte ! Il est temps de rejoindre le village pour prendre notre petit déjeuner et passer nos derniers moments avec eux, un peu tristes de les quitter… Ils nous on donné une très belle leçon de vie, leur devise est « Don’t worry, be happy ! »
A part nos quelques mésaventures nous avons réellement appréciés notre semaine ici, grâce à des paysages, des monuments et des personnes qui nous ont émerveillés.

DSC03112 DSC03110 DSC03094 DSC03092

DSC03089 DSC03078

DSC03071 DSC03058 DSC03054 DSC03047

DSC03302 DSC03295

DSC03298 DSC03296

DSC03286 DSC03253

DSC03228 DSC03171

DSC03224  DSC03152

DSC03145 DSC03046

DSC03123 DSC03115

  DSC03038 DSC03026

Nous disons donc au revoir à Java la musulmane pour se rendre à Bali l’hindouiste !

Conseils aux futurs voyageurs :
– n’essayez pas de monter au Bromo en mode routard, nous on commence à acquérir de la patience (oui même Andréa) et de l’expérience en négociation mais si vous êtes en vacances vous risquez de vous énerver et d’avoir un mauvais jugement sur le pays et les habitants, ce qui est quand même dommage. Soit vous réservez un tour dans une agence recommandée dans des guides de voyage, ça coûte un peu cher certes et vous avez l’impression d’être des moutons ou de faire partie d’un club de 3ème âge mais vous êtes pris en charge de A à Z, pas d’entourloupe ! Soit vous arrivez à Probollingo tôt le matin et vous montez en Bemo ou minibus en sachant qu’il faudra patienter pour qu’ils se remplissent et vous saurez aussi que quoi qu’il arrive ils vont vous arnaquer sur le prix. Ça c’est la version de Seb, pour moi : boycottez l’endroit ! Voilà 3 mois que l’on voyage et c’est du jamais vu pour l’instant ! Je veux bien payer plus cher que les locaux pour les visites ou autre mais il y a des limites, surtout quand on nous prend pour des imbéciles ! Malgré notre mauvaise réputation je ne pense pas que les touristes soient accueillis de cette manière en France. A ce rythme là ils vont perdre la poule aux œufs d’or. C’est vraiment dommage car le site est superbe, on y est allés en toute connaissance de cause concernant les arnaques mais je ne le recommande pas, même si on a quand même quelques exemples de personnes proches pour qui tout s’est bien passé !
– si vous allez au Kawah Ijen, un seul endroit à vous conseiller : le Kawah Ijen inn, notre village du bonheur ! Pensez à amener des souvenirs français style porte clé, carte postale, carte géographique voire même un cd Rom pour apprendre le français vous allez faire des heureux !

6 réflexions sur “Indonésie acte 1 : Java, tu joues avec nos émotions !

  1. Super partage, merci!!! Quand vous craquerez une allumette, vous penserez maintenant à ceux qui sont descendus dans ces volcans pour récupérer le précieux souffre qui leur rongent inexorablement les poumons et la santé… De magnifiques rencontres et une bien belle leçon de vie « don’t worry, be happy ». Merci pour ces superbes photos! Gros gros bisous.

    J'aime

  2. C’est sûr que les 2 cumulés ça fait beaucoup!!! Mais j’avais vu un reportage sur ces « Forçats du souffre » et ils expliquaient que les vapeurs leur rongeaient les poumons et qu’ils mourraient très jeunes… Dure vie et pourtant quelle leçon de vie pour nous occidentaux qui nous plaignons tout le temps pour un oui ou un non! Vous avez d’autres belles photos comme celle de la petite fille au chocolat? Gros gros bisous et à bientôt sur Skype. On vous aime fort.

    J'aime

  3. waouh que d’aventures!!!vos photos sont superbes!!les enfants sont tellement beaux!on se refait un sky^pe avant le départ en New Zeland!!!on vous embrasse bien fort! on vous aime!!!!

    J'aime

  4. Salut les GlobeTroters…ici NellyEmile.
    Votre voyage au long cours à travers le monde est intense et fascinant à la fois, vos narrations et vos illustrations sont captivantes…multiples rencontres enrichissantes, découvertes des façons de vivre différentes, paysages magnifiques…experiences marquantes….
    Maintenant, bonne navigation les « Magellans » et au plaisir de lire votre traversée du Pacifique…..
    E.N de Bordeaux

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s